g.gif (150 octets)

CONSEILS GENERAUX POUR L'OBSERVATION

d.gif (152 octets)
 
 

Se protéger du froid :

Pendant la nuit le changement de température est assez brutal. Alors même en été, prévoyez un bon pull, une bonne paire de chaussettes, un blouson d'hiver et des gants (idéalement des mitaines pour garder un certain "toucher" pour la mise au point ou pour le dessin...). Pour vos pieds, un tapis de sol du genre de ceux que l'on utilise pour le camping, est un bon isolant qui vous protégera efficacement du froid. Et puis rien de tel qu'un bon café tenu bien au chaud dans une thermos.

L'équipement pour le confort:

Observer debout demande pas mal d'efforts physiques car le dos et les jambes sont souvent sollicités. Au bout d'une heure d'observation dans des positions inconfortables, on se crispe et on fatigue très vite. Pour faire de bonnes observations, il est primordial d'être installé confortablement. C'est pourquoi les chaises ou les tabourets réglables en hauteur, sont quasiment indispensables. Une table pliante pour poser les cartes de repérages, et les accessoires est également fortement conseillée.

L'équilibre thermique et la lutte contre la buée

Sortez votre instrument une bonne vingtaine de minutes avant de débuter les observations pour que l'équilibre thermique soit établi entre le télescope, et le milieu extérieur.

La buée est un gros problème qu'il faut savoir résoudre pour éviter l'arrêt prématuré d'une soirée d'observation. En effet, par certaine nuit très humide la buée se dépose très rapidement sur les instruments et sur tous les accessoires. Les lames de fermeture des télescopes de type schmidt-cassegrain y sont particulièrement sensibles. La première solution consiste à confectionner dans du carton assez épais un pare-buée d'une longueur approximative de 2 fois le diamètre de l'objectif à l'intérieur duquel vous pouvez mettre du papier buvard. Vous pouvez également trouver dans le commerce un système très efficace à base de résistance chauffante que l'on place devant l'objectif. Dans certain cas extrême l'eau peut ruisseler et s'infiltrer... Prenez donc toutes les précautions nécessaires. Evitez par exemple de respirer ou de parler à proximité de l'objectif car nous créons aussi nous même beaucoup de buée.

Un séchoir à cheveux peut vous sauver une soirée. Mais il induit une turbulence instrumentale pendant 10 bonnes minutes.

Pour protéger la table sur laquelle se trouve mes cartes de repérage et mes accessoires je place le tout sous un parasol.

Se protéger des lumières directes

L'acuité visuelle nocturne maximale est atteinte après 30 min passées dans l'obscurité totale. A la moindre lumière blanche, on perd le bénéfice de cette lente adaptation. Evitez les lumières directes autant que possible. Pour l'éclairage des cartes, utilisez une lampe de poche inactinique. Vous pouvez par exemple peindre l'ampoule avec plusieurs couches de vernis à ongle rouge.
Rq: si vous êtes fumeur, attention avec votre briquet! , c'est très éblouissant (aussi bien pour vous que pour les autres).

Pour l'observation du ciel profond (nébuleuses diffuses, galaxies...) on augmente la perception des détails visibles à l'oculaire, en utilisant la technique dite de "la vision décalée". Un objet faible est perçu plus brillant si on regarde juste à côté. Ceci est dû au fait que dans l'œil, les cellules photosensibles (les bâtonnets) qui travaillent dans l'obscurité sont situées en périphérie de la rétine. Cela n'est pas facile au début mais après quelques minutes d'entraînement cela devient instinctif.

 

triangle3.gif (843 octets) Retour au sommaire : techniques

 

bordg_menuastro.gif (913 octets)

(C) 2000 Astroseb

L'astronomie pratique à l'usage des débutants

home3.gif (609 octets)

bord_menuastro.gif (157 octets)